Les Kleshas

Que sont les Kleshas?

La traduction du mot sanskrit Kleshas signifie : les causes de la douleur.

Les Kleshas ont était mis en avant par Patanjali, l’un des premier à retranscrire le savoir ancestral du Yoga. Il décrit les Kleshas comme étant les poisons de l’être humain. Les Kleshas sont rattachées aux pensées négatives et à l’aversion que l’on peut ressentir. Il est dit qu’une fois que les Kleshas sont dépassées, la souffrance s’arrête.

Il existe 5 Kleshas responsables de la souffrance, dans la culture yoga, il est important de les comprendre et les assimiler. Afin de ne plus souffrir et de vivre une tournée uniquement vers la béatitude et le bonheur.

Table des Matières
    Add a header to begin generating the table of contents

    Les épines sur le chemin

    le chemin

    Nous avons tous un chemin de vie, d’un moment à l’autre, nous changeons de chemin. Parfois pour le meilleur et parfois pour le pire. Mais cela n’est que temporaire car au final, chacune des expériences vécu sur ce chemin est ce qui nous conduit à ce que nous sommes.

    Les Kleshas sont perçues comme étant les obstacles que l’on s’impose à soi-même. Nous faisons cela inconsciemment simplement parce que personne ne nous à ouvert les yeux dès notre plus jeune âge. Aujourd’hui, étant adulte, c’est notre responsabilité de réapprendre les bases de la vie.

    En faisant cela au lieu de marcher sur chacune des épines le long du chemin, nous apprenons à les éviter. Le Yoga fournit un chemin sans épines à celui qui accepte de le suivre.

    Toutefois, nous n’avons pas tous envie de suivre ce chemin-là. Et c’est en cela que le yoga est incroyable, il ne vous contraint pas à suivre ce chemin sans vous poser de question.

    Voyez cela de la manière suivante : vous suivez votre chemin de vie avec des épines partout. Vous prenez le temps de les enlever de vos pieds et repartez. Et toutes les 10 minutes vous devez faire une halte pour prendre soin de vos pieds.

    Lorsque vous suivez les principes du yoga et les appliquez dans votre vie, c’est comme si tout à coup par magie, on vous donnez des lunettes permettant d’éviter les épines. Vous pouvez désormais marcher paisiblement en évitant chacun des obstacles. C’est toujours votre chemin de vie, seulement maintenant vous devenez conscient de ce qui s’y trouve.

    Les 5 Kleshas

    Patanjali avait identifié 5 Kleshas dans les yoga sutras. Grâce au travail de Patanjali, des millions de personnes ont pu identifier les obstacles principaux de leurs vies. Afin d’éviter toute confusion, lorsque je parle d’obstacle, je ne fais pas référence à l’extérieur, mais uniquement à l’intérieur.

    Les Kleshas Sont des obstacles intérieurs que nous créons et qui ensuite dictent notre vie. Les obstacles extérieurs ne sont pas importants, car lorsque l’intérieur est équilibré plus rien ne peut le déstabiliser.

    Voici les 5 Kleshas :

    • Avidya : Ignorance
    • Asmita : Ego
    • Raga : Attachement
    • Dvesa : Aversion pour la douleur
    • Abhinivesa : Peur de la mort

    Ces 5 éléments font parti intégrant de nos vies. Parfois, nous en sommes conscient et n’arrivons pas à changer. Parfois, nous n’en sommes pas conscients et nous subissons les souffrances de la vie.

    Dans les deux cas de figure, le résultat est le même, il est important de comprendre l’impact de nos agissements direct sur notre vie. Si les Kleshas sont complètement acceptées et éliminées de notre système, la souffrance disparaît immédiatement.

    La clé de la souffrance réside dans l’acceptation, qu’elle provient de notre esprit et que nous en sommes les créateurs. Sans mon esprit pour penser à la souffrance, je ne suis plus capable de la ressentir. Ce n’est pas une formule magique, il faut du temps et de la dévotion à la pratique du yoga pour en saisir l’essence et l’intégrer dans sa vie.

    Avidya : Ignorance

    Le mot sanskrit Vidya signifie : savoir véritable. Avidya est le contraire du vrai savoir. Ce qui veut donc dire qu’Avidya est le manque de savoir, ou à l’incompris. Ce Kleshas est la base de chacun des autres. Si celui-ci n’est pas éliminé, les autres resteront toujours présentes.

    L’ignorance n’est pas uniquement de ne pas savoir, mais de croire que l’on sait. Lorsqu’une personne ne sait pas, mais qu’elle cherche à apprendre et bien elle ne souffre pas d’Avidya. Une personne qui en sait un peu et ne veut pas chercher à apprendre d’avantage en souffre terriblement.

    Avidya est probablement le Kleshas le plus difficile à surmonter au départ. En effet, il agit comme un voile sur la conscience et empêche de voir le monde tel qu’il est. Au contraire, nous voyons le monde tel que nous voulons le voir ce qui est complètement différent.

    Lorsque nous sommes soumis à l’ignorance, nous créons une réalité propres à nous-même. Parfois pour nous protéger ou pour nous sentir mieux, en résulte l’incompréhension des autres et du monde. Nous avons tous des perceptions différentes en ce qui concerne une même situation, c’est ce qui va créer des conflit, de la colère, et même de la haine. Tout naît de notre ignorance, rien n’y échappe.

    Le plus compliqué pour chacun de nous lorsque l’on décide de ne plus porter ce voile qu’est Avidya. Ce n’est pas uniquement d’apprendre à nouveau, mais de désapprendre pour mieux repartir sur une base de perception consciente.

    Asmita : Ego

    l'ego

    Le second Klesha se réfère à l’ego (si vous souhaitez en savoir davantage sur l’ego cliquez ici). Asmita est le sens profond que nous avons inscrit en nous dès le plus jeune âge du mot “Je”.

    En particulier chez les plus jeunes générations, le “Je” et le “Moi” ont pris une importance maladive. Il est important de savoir que l’on existe en tant qu’être humain et d’être conscient de notre corps, notre esprit et notre âme.

    Toutefois, il ne faut pas se laisser prendre par les vices cachés d’Asmita, car cela ne pardonne pas. Lorsque nous commençons à ne considérer uniquement les choses de notre point de vue ou dans un intérêt personnel uniquement, rien de bon ne peut arriver.

    Nous vivons dans un monde d’amour et de partage, si nous pensons uniquement à nous-même, il ne peut y avoir d’harmonie. Lorsque nous sommes trop concentré sur nous-même et sur notre ego, nous ne pouvons pas grandir et nous épanouir.

    Aujourd’hui, nous vivons dans une société qui prône le succès matérielle. Le plus, je possède, le plus important, je suis… Cela va et à déjà commencé à créer des génération de jeunes mal dans leur peau et perdue psychologiquement.

    L’ego nous pousse à croire qu’une atteinte est incroyablement grave, alors qu’il ne s’agit que d’une question de perception. Il nous faut apprendre à nous détacher du “Je” afin de ne plus jamais souffrir des mots d’autrui.

    Raga : Attachement

    attachementL’attachement est un concept plutôt délicat à aborder. Si vous vous sentez visé, touché ou pointé du doigt, c’est probablement qu’il y a quelque chose à comprendre.

    Chacune des démarches entreprise dans chacun des articles que j’écris n’a pas pour but de vous faire culpabiliser, ou vous sentir mal.

    Les apprentissages du Yoga sont neutre tous comme la vie, et ne cherche qu’à permettre l’éveil de la conscience, mais gardez en mémoire que cela peut être douloureux lorsque nous nous “attachons” à nos concepts personnels.

    L’amour est une chose magnifique, c’est à la base de toute relation. Cependant, l’amour est souvent détruit à petit feu par l’attachement. Je dirais même que souvent, nous pensons aimer alors qu’il ne s’agisse que d’attachement.

    La séparation qui existe entre l’amour et l’attachement peut semblé quasiment invisible et pourtant il y a une véritable gouffre entre les deux. L’un est pur, sans aucune contre partie alors que l’autre attend toujours un retour et espère de la considération.

    Vous l’aurez compris l’attachement est incroyablement néfaste, lorsque vous êtes attaché à votre chat et qu’il meurt, vous êtes triste et ne pouvez pas vraiment gérer vos émotions. Lorsque vous aimez votre chat inconditionnellement et qu’il meurt, vous êtes triste, mais vous savez que ce n’est pas une simple fin.

    Je vous invite à lire le livre “La maîtrise de l’amour” de Don Miguel Ruiz. L’approche faite de l’amour dans ce livre permet de comprendre bien des choses sur nos relations à l’attachement.

    Patanjali avait décrit l’attachement comme l’identification avec ce que l’on aime. C’est une façon simple de comprendre qu’aimer, c’est laisser être, et s’attacher, c’est vouloir changer l’être.

    Dvesa : Aversion pour la douleur

    Patanjali avait défini Dvesa comme l’identification à ce que l’on n’aime pas, à l’inverse de l’attachement. Même si les notions sont différentes, la démarche est toujours la même.

    De façon inconsciente, nous cherchons toujours à nous projeter nous-même dans tout ce que l’on voit et ressent. Que ce soit dans le négatif comme dans le positif. Cela est lié à l’ego qui cherche constamment à nous pousser à croire que nous sommes au centre de tous.

    Dvesa est une caractéristique fondamentale de nos vies. Nous savons plus souvent ce que nous n’aimons pas plutôt que ce que nous aimons réellement. Le Yoga ne vous oblige pas à aimer tous sur terre et vous soumettre a des choses qui ne sont pas en adéquation avec vous.

    Toutefois, le Yoga vous invite à accepter ce que vous n’aimez pas et à le laissé passer. Plutôt que de détester et de vous imprégner d’énergie néfaste, laissez les choses couler sur vous comme l’eau glisse sur les ailes du canard.

    Lorsque l’on décide de détester quelque chose ou quelqu’un, c’est nous qui en payons les frais et non l‘objet en question. Acceptez ce qui vous déplaît et focalisez vos énergies sur ce qui vous intéresse. Vous verrez que la vie sera beaucoup plus légère et aura même des goût de paradis.

    Comme toujours, il est question ici de perception, et nous savons tous intérieurement ce qui nous empêche d’évoluer. Cependant, il est parfois difficile de trouver le chemin qui convient mieux à une vie harmonieuse.

    Le yoga est là pour ça, il offre des connaissances de plusieurs milliers d’années basées sur un travail qui lui même continue d’être entretenue.

    Abhinivesa : Peur de la mort

    Souvent considéré comme la racine principale de toutes les peurs, la peur de la mort nous empêche de vivre. Dans les cultures asiatiques, la mort est rarement un sujet tabou, les gens n’ont pas peur de mourir. Tout simplement parce qu’ils croient en la réincarnation, comment avoir peur de la mort si elle n’est pas une fin, mais un nouveau départ ?

    En ce qui concerne l’occident, ce n’est pas du tout la même histoire. Les religions qui ont marqué les pays de l’ouest n’ont pas les mêmes conceptions de la mort. Ce qui a créé une peur incontrôlable de la mort chez beaucoup de personne.

    peur de la mort

    La mort en elle-même n’est tragique et douloureuse que pour les vivant. Lorsque la mort nous touche personnellement, nous ne sommes plus là pour vivre la perte de notre corps.

    Qu’il y est une vie après la mort ou pas, cela ne change en rien le fait que nous n’aurons pas à subir la mort. C’est pour cela qu’il est important de ne pas subir la mort des autres, car c’est notre attachement au corps qui nous pousse à souffrir. Sans cet attachement, l’acceptation est facilitée et la douleur laisse place à l’amour.

    La vision que nous avons de la mort est le résultat de notre conditionnement social. Si toute votre famille vous à toujours fait craindre la mort, comment voulez-vous ne pas en avoir peur à l’âge adulte ? Nous faisons de la mort une tragédie physique, mentale et émotionnelle, car nous en avons peur. Un enfant ne pense pas à la mort par nature, il ne peut donc pas la craindre.

    Un enfant est bien trop occupé à vivre et découvrir chaque petit élément de sa vie. La peur grandie avec le temps et les relations aux autres. Cette même peur nous paralyse, nous limite et nous empêche d’être qui l’on est réellement.

    Se détacher des Kleshas

    kleshas

    Vous l’aurez compris, les Kleshas sont tous connectés et doivent tous êtres dissous. Si cela n’est pas totalement fait, vous risquez de les voir revenir car l’un, appel l’autre.

    En ce qui me concerne, je perçois cela comme un apprentissage constant. L’erreur que nous faisons tous trop souvent est de croire que nous avons fait le tour d’un sujet.

    Ne perdez pas de temps à faire les mêmes erreurs que moi, et ne pensez pas que vous en savez assez. Il est primordial d’effacer les peurs qui vous bloquent dans un état qui ne vous permet plus d’évoluer. N’oubliez jamais : “pour devenir la personne que je veux être, je ne peux plus être celle que je suis actuellement”. Acceptez cela, faite le deuil de qui vous êtes et surtout fêtez qui vous voulez être.

    Comme la dit Sadhguru : “La mort n’existe pas, c’est une fiction. Il n’y a que la vie, la vie et la vie seule, allant d’une dimension à une autre.

    Ne voyez plus certains choses comme des fins, mais plutôt comme de nouveaux commencement. Cette perception de la vie vous offrira beaucoup d’opportunité. Les portes ne se fermerons plus devant vous, au contraire elle se fermerons derrière vous laissant le champ libre pour vivre.

    Définition Kleshas : https://fr.wikipedia.org/wiki/Klesha

    Livre de Don Miguel Ruiz “La maitrise de l’amour” : Cliquer ici

    Vous avez aimé ? N'hésitez pas à Partager.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Retour haut de page