Yama: La première étape Ashtanga

Que sont les Yamas?

Les Yamas représentent la première étape de l’Ashtanga. Ils sont une sorte de ligne directrice morale, éthique et spirituelle pour atteindre l’équilibre, la santé et le développement spirituel. Il existe 5 Yamas dont nous avons brièvement parlé dans un autre article (cliquer ici). Ces 5 Yama s’observent dans nos actions, nos mots et nos pensées. Ils nous aident à purifier notre nature afin d’atteindre un meilleur niveau de vie et d’embellir notre monde.

Les 5 Yamas sont :

  • Ahimsa (la non-violence)
  • Satay (la vérité)
  • Asteya (le non-vol)
  • Brahmacarya (le contrôle des sens)
  • Aparigraha (la non-convoitise)
Table des Matières
    Add a header to begin generating the table of contents

    Ahimsa (la non violence)

    violence

    Cela veut dire la compassion totale pour tout ce qui est. La non-violence prend plusieurs aspects et touche de nombreuses choses dans nos vies. L’aspect physique, mental et émotionnel.

    Il est important de comprendre que la non-violence n’est pas uniquement avec les autres. Au contraire, elle démarre avec la non-violence sur soi-même. Le sens profond d’Ahimsa est que la violence infligée aux autres est en fait infliger sur nous-même.

    Comprendre la non violence

    Afin de comprendre le sens réel d’Ahimsa, il est important de connaître le sens de la violence. Bien souvent nous nous considérons comme des gens pacifiques et non-violent car nous ne nous battons pas ou n’infligeons pas de violence physique aux autres. Et bien la violence est loin d’être aussi simple que cela. La violence peut prendre de nombreuse formes différentes.

    • Physique
    • Morale
    • Mentale
    • Emotionelle
    • Verbale

    En effet, la violence possède un large champ d’action et ne se réduit pas seulement à la violence corporelle ou physique. Elle n’est pas définie uniquement par les actions que l’on entreprend sur les autres ou le reste du monde. La violence peut aussi être infligée intérieurement envers nous-même.

    Les pensées négatives que l’on peut avoir envers quelqu’un ou nous-même sont une forme de violence, de la violence mentale. C’est une forme de violence bien plus destructrice que la violence physique.

    Non seulement, je vais m’infliger de la violence à moi-même, mais aussi aux autres. Car une personne qui ne s’aime pas et est capable d’avoir des pensées très violentes envers elle-même le fera, n’importe qui d’autre.

    Comment manifester la non violence

    Le meilleur moyen de comprendre comment la non-violence fonctionne est de regarder les petites actions du quotidien. Les actions du quotidien peuvent toutes contenir de subtiles aspects de violence, il faut comprendre pourquoi.

    Cela se représente souvent intérieurement, envers nous-même. Lorsque les pensées contiennent des messages négatifs comme la déception, de la rancœur ou de la culpabilité cela crée de la violence intérieure.

    Si une personne vous cause du tort et que vous ne pouvez pas pardonner ou même si vous ne pouvez-vous pardonner à vous-même, vous créez aussi de la violence. La violence peut prendre beaucoup de formes différentes.

    Si vous attendez trop de vous-même ou des autres sans voir de changement vous créez aussi de la violence sans le vouloir. Lorsque l’on agit d’après nos peurs, cela crée aussi de la violence et souvent nos rejetons cette violence sur le monde. C’est une réaction de ce qui se passe intérieurement sur le monde extérieur.

    Lorsque la non-violence est comprise et appliquée dans la vie quotidienne, nous nous trouvons dans un état de paix de nos interactions avec les autres. Et cela commence par le travail intérieur.

    Intégrer la non violence grâce au Yoga

    Le Yoga est un moyen puissant pour parvenir à intégrer la non-violence dans nos vies et nos interactions. La pratique du Yoga journalière permet de se confronter à soi-même et de faire face à nos zones d’ombres intérieures avec impartialité et compassion.

    Cela va ensuite aider à créer des affirmations positives et retirer toute la négativité bloquée à l’intérieur. Le fait d’entrer en contact avec son être intérieur permet de dire et entendre tout ce qui doit l’être.

    Par la suite, vas en ressortir plus d’amour personnel et de non-violence envers soi et les autres. Relâcher des énergies négatives intérieurement avec des intentions positives transcende les aspects négatifs. Créant par la suite un sentiment de paix autours de la personne.

    Comment intégrer Ahimsa dans le quotidien

    La compassion est une part importante de la vie, elle permet de ne pas réagir selon notre perception de façon négative. L’acceptation des choses telles qu’elles sont donne une certaine objectivité sur ce qui peut vous arriver.

    Lorsqu’une personne dit quelque chose de vexant ou qui vous agace, ne réagissez pas. Pensez objectivement et vous comprendrez que cette personne est violente envers elle-même et non vous. Grace à cette objectivité, vous ne serez pas violent en retour et vous pourrez faire preuve de compassion et de gentillesse.

    Choisissez d’agir avec pleine conscience, ne laissez pas vos réactions devenir maîtresses de vos actions. Plutôt que de laisser vos limitations, vous empêchez d’agir, trouvez le moyen de les contourner.

    Que ce soit des limitations physique ou mentale vous avez la possibilité d’agir en les acceptants. L’observation de vos pensées permet de les accepter telles qu’elles sont. Une pensée vient et s’en va aussi vite si elle est acceptée. Au contraire, lorsque la pensée est rejetée ou que vous réagissez envers elle, elle se manifeste et crée de la violence.

    Le reflex de se battre ou de fuir sécrète de la cortisone dans le corps, ce qui est aussi connu comme l’hormone du stress. Ce qui peut engendrer des problèmes de santé physique et mentale. Lorsque l’on pense de façon positive le cerveau, sécrète de la dopamine, ce qui rend calmes et relax le corps et l’esprit. Vous avez donc tout à y gagner à intégrer la non-violence dans votre quotidien.

    Satya (la vérité)

    vérité

    La vérité prend un sens très large ici, il ne s’agit pas uniquement de dire la vérité aux autres. Il faut aussi être capable de se la dire à soi-même sans se cacher derrière de petits mensonges qui “ne font pas de mal”.

    Il est préférable d’avoir bien assimilé Ahimsa avant d’intégrer Satya car chaque étape ne va pas sans la précédente. Vivre de façon totalement non-violente rendra la vérité beaucoup plus facile au quotidien.

    Lorsque l’on parle de vérité, il faut garder en tête de toujours être respectueux et agréable envers les autres et vous-même. La vérité pour l’amour de la vérité peut aussi créer de la violence et de la douleur.

    Et si cela n’engendre pas le moindre intérêt au niveau social, la vérité revient à être violent. Il est important de prendre conscience de la situation et de mettre les formes lorsque l’on pratique Satya.

    Intégrer la vérité

    Avant toute chose, il est primordial de devenir conscient de soi et de ne plus se mentir à soi-même. Vous avez envie de manger une pizza allez-y, mais ne vous mentez pas en vous disant que ce sera la dernière. Vous souhaitez arrêter de fumer ce qui est une très bonne initiative, faite le lorsque vous serez prés à ne plus vous mentir à vous-même. Sans cela, tout ce que vous entreprendrez finira par un échec ou encore pire le rabaissement de votre estime personnelle.

    Ressentir la vérité

    Pour commencer, je vous invite à vous allonger et fermer les yeux. Une fois, cela fait prenez le temps de vous relaxer et après 5-10 minutes commencez à visualiser des personnes chères à votre cœur. Une par une, vous allez les faire défiler, en même temps analysez les battements de votre cœur, votre estomac…

    Prenez conscience de votre corps et des changements qui se produisent lorsque vous penser à une personne puis une autre. Cela vous donnera une idée de vos ressentiments véritable sur chacune des personnes que vous allez choisir. Grace à ce petit exercice, vous pourrez être vrai à 100 % avec vous-même.

    La vérité au quotidien

    Éviter les suppositions

    Les suppositions conduisent généralement à une altération de la réalité. Et malheureusement, il est impossible d’être vrai dans un monde ou vous choisissez de changer les éléments véritables. Les suppositions vous ont probablement déjà conduit à ne plus parler à quelqu’un alors que rien ne l’avait prévu au départ.

    De plus, les suppositions que nous faisons sont des mensonges que nous nous racontons à nous-même par peur d’être blessé, trompé, abusé, ridiculisé… C’est un moyen de défense commun à tous, mais c’est à vous d’enlever ce par feu et le seul moyen est d’en prendre conscience.

    Être en accord avec soi-même

    N’ayez jamais honte ou peur de vous affirmer, car la vérité suprême est celle du cœur. Vous aurez beau vous plier en quatre pour quelqu’un la seule personne qui saura réellement si c’est ce que vous souhaitez, c’est vous. Il est primordial de rester honnête avec vous-même, c’est la pierre angulaire de la vérité. Car si vous n’êtes plus vrai envers vous-même, vous ne le serez pas envers les autres.

    Prenez soin de ne pas utiliser un langage hyperbolique qui pourrait vous impacter ou impacter les autres. Les termes tels que toujours, jamais, extrêmement, ou à chaque fois provoque de l’exagération ou de la généralisation et malheureusement cela n’est pas possible lorsque l’on cherche à être vrai.

    Prendre conscience de soi et des autres

    Il va de soi que la vérité ne devrait jamais prendre le dessus sur la gentillesse, si la vérité fait mal mettez-y les formes. La forme est toujours plus douloureuse que le fond et c’est à nous d’en être conscient afin de nous exprimer avec le plus d’amour et de gentillesse possible.

    La prise de conscience de soi est importante, car elle permet de comprendre que la vérité des uns n’est pas toujours celle des autres. Par la, j’entends que votre vérité est propre à vous, et si vous savez que vous pouvez danser, ne laissez pas votre entourage vous dire que vous ne le pouvez pas.

    Leur vérité peut être que la vie est dure et que rien n’est possible, mais ce n’est pas la vôtre. La vérité universelle veut que tout soi possible regardez notre monde à quel point il est magnifique est plein de surprises. Alors personne ne peut affirmer sa vérité sur vous et vous vous devez de ne pas affirmer la vôtre sur les autres.

    La vérité qui ne fait jamais de mal

    Pour arriver à toujours dire la vérité sans jamais causer de douleur il y a un moyen extrêmement simple. Il suffit d’écouter et de rester silencieux, il est toujours préférable de parler lorsque l’on a quelque chose de mure à dire. En effet, vous avez sûrement déjà vécu une situation ou vous auriez préféré vous taire. Donc écoutez, laissez mûrir votre pensée, accepter ce qui se passe et ensuite parlez. Cela vous évitera de créer de la douleur et surtout de mentir sans le vouloir.

    Asteya (le non-vol)

    idée

    Le non-vol peut sembler simple à comprendre et assimiler, mais il est plus complexe que le simple vol physique. Le vol à un aspect physique, vol d’objet, d’argent… Il a aussi un aspect non-physique avec le vol d’idées, le vol de principes…

    Il est important de comprendre que l’acte de dérober quelque chose à quelqu’un n’est pas nécessairement quelque chose que l’on peut voir ou penser.

    Le vol peut aussi prendre la forme de la jalousie ou de l’envi, car inconsciemment, lorsque l’on envie quelqu’un d’autre nous voulons lui dérober sa vie ou ses possessions.

    La cause principale du vol

    Personne ne naît avec l’envie de voler quoique ce soit. C’est une chose qui se développe et grandi intérieurement au fil du temps. Et cela est principalement dû au manque de confiance en soi, et oui le désire de dérober ne vient pas de bien loin.

    Quand on y pense, il serait possible de ne plus jamais vivre dans une société contenant des actes de vol. Il suffirait que chaque être, est de la confiance en ce qu’il est et ses capacités. Une personne qui ne pense pas grand-chose de positif à-propos d’elle-même sera sujette à envier et désirer ce que les autres ont.

    Si vous vous sentez capable et totalement sur de vous, pourquoi vouloir voler une idée ou un objet appartenant à une autre personne ? Vous pouvez ressentir le désire de vouloir une grande maison comme votre voisin, mais plutôt que de voler vous savez que vous êtes capable de l’acquérir.

    L’esprit véritable d’Asteya

    “Sois heureux avec ce que tu as, réjoui toi de la façon dont les choses sont. Lorsque tu réalise que rien ne manque, le monde entier t’appartient”. Lao Tzu.

    Cette citation de Lao Tzu grand maître du Taoïsme (Cliquer ici pour en savoir plus), reflète bien la profondeur d’Asteya. Lorsque vous êtes parfaitement conscient que vous possédez déjà tout ce dont vous avez besoin, vous n’avez jamais l’envis de voler.

    Une personne peut vouloir la richesse ou la gloire, pas de problème elle à toutes les cartes en mains pour l’obtenir. Le vol n’est même pas une solution de facilité, car le vol vous prive de votre paix intérieure et de tout ce qui peut vous arriver de beau dans votre vie.

    Brahmacarya (le contrôle des sens)

    Le contrôle des sens peut parfois être une étape complexe à saisir. J’ai moi-même mis du temps avant de réellement en comprendre l’essence. Il ne s’agit pas uniquement d’abstention comme on pourrait l’entendre au sens littéral. Le contrôle des sens et plus proche de la conscience de nos désirs et de ne pas succomber à de simples pulsions.

    Comprendre les sens

    sensLes sens nous permettent d’interagir dans le monde physique. Grâce à nos 5 sens nous pouvons jouir de beaucoup de plaisirs différents. Le plaisir de manger, de sentir, le plaisir charnel…

    Malheureusement, il est très facile de s’abandonner à ces plaisirs et ne plus être capable d’en prendre le contrôle. Une personne obèse à trop laisser le plaisir de manger la contrôler, une personne passant des heures sur des sites de rencontre ne contrôle plus ses sens non plus.

    Il est important de garder en tête que ces plaisirs sont plaisant lorsqu’ils sont faits de manière consciente. Et c’est en cela que Brahmacarya est différent de la simple abstinence.

    Accepter les sens

    En effet, il n’est pas question ici de se réfugier dans un monastère pour ne plus avoir à prendre le contrôle sur les sens. Le fait de faire preuve d’abstinence ne peut vous conduire à plus dans la vie. Car cela vous empêchera de devenir conscient et le maître incontesté de votre vie.

    Vous serez toujours dépendant de ce vœu d’abstinence ou des murs du monastère. Alors que si vous décidez de prendre le contrôle de vos sens, vous serez le maître de votre vie partout dans le monde et rien ne pourra vous voler cela. Les sens existent pour que nous les utilisions, mais pas n’importe comment, ou avec excès.

    Aparigraha (la non-convoitise)

    La non-convoitise est le fait de ne pas vouloir quelque chose que l’on ne possède pas, que cela soit physique, mental, ou moral. Vouloir plus n’est pas nécessairement mauvais, nous avons tous le droit de rechercher une meilleure qualité de vie.

    Mais cela peut devenir un frein au développement personnel. En effet, si une personne passe tout son temps à vouloir plus, à désirer plus. Et ne fait que se plaindre du fait qu’elle ne le possède pas. Elle ne va pas créer d’énergie positive autour d’elle.

    Vaincre la jalousie

    La jalousie est souvent le cœur de beaucoup de problèmes personnel et aussi dans certaines relations. Et non la jalousie n’est pas bonne du tout même pour montrer à l’être aimé à quel point il compte. C’est une énergie négative, qui créé beaucoup de problèmes profond.

    La jalousie doit être évacuée de l’intérieur et pour cela il n’y a rien de mieux que l’acceptation. Le fait d’être heureux pour les autres et d’accepter ce qui est aide profondément.

    Si une personne à de la réussite au travail, être envieux ou jaloux ne vous permettra pas de réaliser les mêmes choses voir plus. Alors que si vous êtes profondément heureux pour cette personne vous pourrez vous concentrer sur vous-même.

    Pratiquer la non-convoitise

    La pratique quotidienne de la non-convoitise vous permettra de vous concentrer à 100 % sur vous et ce que vous souhaitez. Grâce à cela, vous aurez plus de temps pour vous et plus de chance de vous rendre compte à quel point vous êtes extraordinaire.

    Nous avons en chacun de nous une par de Divin et nous avons tous le droit au bonheur. Et le meilleur moyen pour trouver votre bonheur est de ne pas vous concentrer sur celui des autres. Il y a bien assez de place en ce monde pour que nous puissions tous jouer au jeu du bonheur.

    La seule personne qui vous empêche réellement d’être heureux, c’est vous-même, par vos attachements à des choses qui non pas d’importance fondamental.

    partage

    Accepter d’être soi

    Lorsque vous acceptez qui vous êtes, votre potentiel peux alors croître et fleurir sans limite. Cela peut sembler simple à dire, mais devenir conscient de soi est la clé pour ne plus avoir de limites réelles.

    Lorsque vous savez qui vous êtes au fond de vous et que vous vous donnez de l’amour, vous n’avez plus de raison ou de besoin de vous comparer aux autres. Aparigraha est plus que la simple non-convoitise des autres, cela nous permet d’apprécier qui nous sommes.

    Et je dirais même plus la compréhension et l’acceptation d’Aparigraha permet de ne plus jamais se sentir seul. En effet, vous aurez toujours accès à votre intérieur pour vous rappeler que vous êtes extraordinaire.

    Mon expérience personnel

    Je vous avoue que ce n’est pas un chemin que l’on peut réaliser en une seule fois. Pour ma part, j’ai compris et accepter les 5 Yama rapidement. Mais lors de certain événements il m’est arrivais d’en oublier leurs sens profonds.

    Et si cela vous arrive, n’oubliez pas que ce n’est pas de franchir la ligne d’arriver qui compte le plus. C’est tout ce que l’on peut apprendre sur le chemin qui est important et si tomber était mauvais, nous ne nous serions jamais mis à marcher.

    Ce qui compte, c’est de comprendre que chaque chose arrive pour une raison. La compression des choses à un moment où nous en sommes prêts. Je suis heureux de partager avec vous aujourd’hui les 5 Yama qui sont à mes yeux une vraie base pour chaque être humain.

    J’espère que vous y trouverez autant de plaisir de les comprendre et les intégrer dans vos vies.

    Vous avez aimé ? N'hésitez pas à Partager.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Retour haut de page